La conquête du monde en skate avec Fabrice

La conquête du monde en skate avec Fabrice

Classé dans : À la trace | 2

Fabrice Gropaiz est un aventurier de 47 ans, résidant en Ile de France. Il vient de parcourir 2500 km à travers la France, à 40 km/h maximum. Parti de Mers-les-Bains le 27 juin, arrivé à Paris au pied du Trocadéro le 29 juillet, face à la Tour Eiffel avec son petit bolide fait maison, pour un Tour de France avant un grand Tour du Monde. Portrait de ce sportif et aventurier monté sur roulettes, qui n’en est pas à son tour de chauffe.

 

L’aventure dans les gênes

Ce n’est pas son métier, mais Fabrice fait figure d’aventurier chevronné. Jeune, une fois le bac en poche, il parcourait déjà l’Europe (en passant par la Suisse, la Hollande, l’Allemagne ou encore l’Angleterre), histoire de se poser, de se débrouiller seul pour rester un moment et vivre comme un local le temps de quelques mois. La dimension sportive est ensuite apparue, à travers un tour du monde en roller de 1996 à 1999. Pendant plus de 2 ans, il a sillonné 20 000km à travers le monde avec ses roues aux pieds. Etats-Unis, Europe, Russie, Asie jusqu’au Japon, une aventure extraordinaire et hors du commun. Il compte réitérer le même parcours avec son skate électrique l’année prochaine.

 

La grande boucle en skate électrique

20 ans après, nouveau challenge pour Fabrice. Après les rollers, le skate électrique comme nouveau moyen et compagnon d’aventure. Surtout, une façon de faire passer des messages qui donnent du sens au voyage. « C’est un projet à plusieurs facettes. C’est un clin d’oeil à mon tour du monde d’il y a 20 ans, fort en émotions. C’est aussi un projet humain et personnel, parce que parcourir des kilomètres sur les routes, c’est à la fois avoir une vie intense, mais aussi du temps pour réfléchir, vivre, prendre des photos, s’arrêter, rencontrer des gens. C’est un projet sportif, parce que c’est très physique d’être sur un skate de 9h du matin à 19h le soir. Comme sur un snowboard, les jambes et le corps sont très sollicités pour rester en équilibre. C’est enfin un projet technique et écologique, parce que l’idée est de montrer que tout le monde peut modifier ses modes de transport, et que l’on peut aller au travail, prendre le train ou aller voir ses amis avec son skate, en respectant l’environnement. Pour les jeunes, j’espère que ce sera une solution parmi d’autres ».

 

A court de jus

Le challenge était aussi technique, car ce tour de France était une expérimentation du matériel et de son usage dans le temps. La problématique de recharge de batterie est le point d’attention principal pour pouvoir avancer. « Il faut recharger les batteries toutes les 8h. Donc il faut forcément de l’électricité, c’est pourquoi il fallait que je dorme quelque part le soir, et parfois c’était un peu compliqué ». Et comme chaque voyage, les mésaventures et les galères ont été nombreuses, et en même temps sources de grands souvenirs et d’imprévus. « A la moitié de mon voyage, j’ai crevé et il me manquait une chambre à air. J’ai utilisé la chambre d’un vieux motoculteur que j’ai trouvé dans un magasin sur le trajet ». 

 

Une net aventurier

Sur son chemin, Fabrice a croisé de nombreux soutiens et les rencontres furent nombreuses. Certains firent une partie du parcours à ses côtés, en skate, en vélo ou autrement. Les soutiens furent aussi sur la toile, à travers une communauté qui a pu suivre l’aventure au jour le jour et interagir en direct pour l’informer, lui donner des conseils, des infos sur les routes, les parcours, le guider lors de galères… « J’ai eu un court-circuit lors du parcours, et grâce à la communauté sur internet, on m’a conseillé un magasin de modélisme tenu par un homme de 65 ans passionné qui ne travaillait plus. Autant dire que je n’y aurais jamais pensé! Tout fut réparé, et ce fut un excellent souvenir de rencontre insolite ».

 

En route pour le tour du monde

Le parcours de son tour de France a traversé la Picardie, Le Mans, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon pour s’achever à Paris. L’année prochaine, Fabrice reprendra le chemin de son tour du monde en roller, de San Francisco à Miami, de l’Europe à la Russie, de la Mongolie à la Chine, pour voir quelques sont les changements, les évolutions rencontrées sur son chemin.

N’hésitez pas à le suivre sur sa page Facebook et sa chaîne Youtube. Fabrice recherche également des contacts, des sponsors, des partenaires, des médias pour l’accompagner dans cette aventure écologique et hors du commun. N’hésitez pas à le contacter, l’encourager et l’aider 😉

2 Responses

  1. Il est cool ce monsieur!❤️

Laissez un commentaire